Bukovksy avait prédit l'UERSS

Extraits d’un entretien de 2008 entre Vladimir Bukovksy et Peter Bellen ou il décrit la dérive totalitaire de l’UE et prévient qu’elle est en train de devenir une autre Union Soviétique.

Il explique comment, avec l’alliance des soviets et des partis de gauches occidentaux, et de certains oligarques mondialistes (Giscard, Kissinger, Rockefeller), le marché commun a été « dévoyé » pour s’orienter vers un "projet" de super état fédéral prenant comme exemple l’Union Soviétique.

Vladimir Bukovksy a aussi bien vu les crise qui allaient secouer l’UE de 2008 à aujourd’hui et a la prémonition du Brexit et de la transformation progressive du monstre de Bruxelles en un régime totalitaire.

Une entrevue avec Vladimir Bukovsky par Paul Bellen

Dans un discours à Bruxelles, l’ancien dissident a décrit l’UE comme un « monstre » qui doit être détruit, le plus tôt possible avant qu’il ne devienne un état totalitaire complet.

Dasn son discours M. Bukovsky a fait référence à des document confidentiels provenant des dossiers de l’époque soviétique qu’il avait été autorisé a lire en 1992.

Ces documents confirment l’existence d’une conspiration pour transformer l’union européenne en une organisation socialiste.

M. Bukovsky fut l’un des héros du XXe siècle. Il a exposé l’utilisation de l’emprisonnement psychiatrique contre les prisonniers politiques dans l’ex-URSS (Union des républiques socialistes soviétiques, 1917-1991) et a passé un total de douze ans (1964-1976), de son 22ème à sa 34ème année, dans les prisons soviétiques, les bagnes et les institutions psychiatriques.

En 1976 les Soviets l'expulsèrent à l'Ouest. En 1992 il fut invité par le gouvernement russe en tant qu’expert pour témoigner et déterminer si le Parti communiste soviétique avait été une institution criminelle.

Pour se préparer à son témoignage, M. Bukovsky a eu accès à un grand nombre de documents provenant d'archives secrètes soviétiques.  

Il est l'une des rares personnes à avoir vu ces documents car ils sont encore classés.

Cependant, à l'aide d'un petit scanner portatif et d'un ordinateur portable, il réussit à copier de nombreux documents (certains avec une autorisation de sécurité élevée), y compris les rapports du KGB au gouvernement soviétique.

Paul Bellen: Vous étiez un dissident soviétique très célèbre et maintenant vous faites un parallèle entre l'Union Européenne et l'Union soviétique. Pouvez-vous expliquer cela ?

Vladimir Bukovksy : Je fait référence à certaines idéologies instillées, aux plans, à la direction, à l'expansion inévitable, à l'oblitération des nations, qui était le but de l'Union soviétique.

La plupart des gens ne comprennent pas cela. Ils ne savent pas, mais nous savons parce que nous avons été élevés en Union soviétique où nous avons dû étudier l'idéologie soviétique dans l'école et à l'université.

Le but ultime de l’Union soviétique était de créer une nouvelle entité historique, le peuple soviétique, partout dans le monde.

Il en va de même aujourd'hui dans l'UE. Ils essaient de créer un nouveau peuple.

Selon la doctrine Communiste et aussi selon de nombreuses formes de pensée socialiste, l'état, l'état national, est supposé disparaître.

En Russie, cependant, le contraire s'est produit. Au lieu de disparaître, l'Etat soviétique est devenu un État très puissant, mais les nationalités ont été effacées.

Mais quand est venu le moment de l’effondrement soviétique ces sentiments refoulés d’identité nationale ont ressurgis démultipliés et ils ont presque détruit le pays.

 

PB : Croyez-vous que la même chose arrivera quand l'Union Européenne s'effondrera ?

VB : Absolument, vous pouvez appuyer sur un ressort pendant un certain temps seulement, et la psyché humaine est très élastique vous savez. Vous pouvez appuyer, vous pouvez appuyer, mais n'oubliez pas que qu’il accumule le pouvoir de rebondir. C’est comme un ressort et il va toujours finir par casser.

 

PB : Mais tous ces pays qui ont rejoint l'Union européenne l'ont fait volontairement.

VB : Non, ils ne l'ont pas fait. Regardez le Danemark qui a voté deux fois contre le traité de Maastricht. Regardez l'Irlande [qui a voté contre le traité de Nice] a vote non au traite de Lisbonne et a été oblige de revoter jusqu’a ce qu’ils disent oui.

Regardez beaucoup d'autres pays, ils sont sous une pression énorme. C'est presque un chantage. La Suisse a été obligée de voter cinq fois lors d'un référendum. Les cinq fois, ils l'ont rejeté, mais qui sait ce qui se passera la sixième fois, la septième fois. C'est toujours la même chose. C'est un tour de passe-passe pour les idiots.

Les gens doivent voter lors de référendums jusqu'à ce qu’ils volent pour ce qu’on veut qu’ils votent.  A ce moment ils doivent arrêter de voter (comme ce fut le cas pour le diktat de Lisbonne). Pourquoi s’arrêter ? Continuons à voter. L’Union européenne, est ce que les américains appellent un mariage au fusil.

 

PB : Que pensez-vous que les jeunes devraient faire au sujet de l'Union européenne? Doivent-ils insister pour démocratiser l'institution ou l'abolir ?

VB : je pense que l’Union européenne, comme l’Union soviétique, ne peut pas être démocratisée. Gorbatchev a essayé de démocratiser l’URSS et elle a explosé.

Ce genre de structures ne peuvent pas être démocratisées.

PB : Mais nous avons un Parlement européen qui est choisi par le peuple.

 

VB : Le Parlement européen est élu sur la base de la représentation proportionnelle, ce qui n'est pas une véritable représentation.

Et sur quoi vote-t-il? Le pourcentage de graisse dans un yaourt, ce genre de chose.

C'est ridicule. On lui confie la tâche du Soviet suprême. Le député moyen peut seulement parler pendant six minutes par année à l’assemblée. Ce n'est pas un vrai parlement.

Extraits du discours de Vladimir Bukovksy

En 1992, j'ai eu un accès sans précédent aux documents secrets du Politburo et du Comité central qui étaient classés, et le sont encore aujourd'hui, depuis 30 ans.

Ces documents montrent très clairement que toute l'idée de transformer le marché commun européen en un État fédéral a été convenue entre les partis de gauche d'Europe et de Moscou en tant que projet commun que [le chef soviétique Mikhail Gorbachev en 1988-89 a appelé notre ' Maison commune européenne '.

L'idée était très simple. Elle est d’abord apparu dans les années 1985-86, quand les communistes italiens ont rendu visite à Gorbachev, suivi par les sociaux-démocrates allemands.

Selon les documents secrets soviétiques, 1985-86 est le point tournant.

Avant cela, les partis de gauche et de l’Union soviétique étaient opposés à l’intégration européenne parce qu’ils la percevaient comme un moyen de bloquer leurs objectifs socialistes.

À partir de 1985, ils changent complètement leur point de vue. Les Soviets arrivent à une conclusion et à un accord avec les partis de gauche que, s'ils travaillaient ensemble, ils pouvaient détourner le projet européen et le subvertir. Au lieu d'un marché ouvert, ils le transformeraient en un État fédéral.

À l'Est, les Soviétiques avaient besoin d'un changement de relation avec l'Europe parce qu'ils entraient dans une crise structurelle prolongée et très profonde; En Occident, les partis de gauche avaient peur d'être anéantis et de perdre leur influence et leur prestige. Il s'agissait donc d'une conspiration, très clairement mise en place par eux, convenue et élaborée.

En janvier de 1989, par exemple, une délégation de la Commission Trilatérale est venue rencontrer Gorbachev. Elle incluait l'ancien Premier ministre japonais Yasuhiro Nakasone, l'ancien président français Valéry Giscard d'Estaing, le banquier américain David Rockefeller et l'ancien secrétaire d'État américain Henry Kissinger.

Ils eurent une conversation très agréable et essayèrent d’expliquer à Gorbatchev que la Russie soviétique devait joindre les institutions financières du monde, comme le Gatt, le FMI et la « banque mondiale ».

Au milieu de la conversation, Giscard d’Estaing prend la parole tout d’un coup et dit « Monsieur le Président, je ne peux pas dire exactement quand cela arrivera – probablement dans les 15 prochaines années –, mais l’Europe va devenir un État fédéral et vous devez vous y préparer.

The corporate elite ruling the planet

Vous devez travailler avec nous, et avec les leaders européens, comment vous réagiriez à cela, comment permettrez-vous aux autres pays d'Europe de l'Est d'interagir avec cela ou de faire partie de ce projet, vous devez être préparé.

C’était janvier 1989, à un moment où le traité de Maastricht [1992] n’a pas encore été rédigé. Comment diable Giscard d’Estaing pouvait savoir ce qui allait arriver dans 15 ans ?

Et surprise, surprise, comment est-il devenu l'auteur de la constitution européenne en 2002-03 (diktat de Nice, puis de Lisbonne)?

Heureusement pour nous, la partie soviétique de cette conspiration s'est effondrée plus tôt que prévu et n'a pas atteint le point où Moscou aurait pu influencer le déroulement des événements.

Mais l'idée originale était d'avoir ce qu'ils appelaient une « convergence », par laquelle l'Union soviétique deviendrait plus social-démocrate, tandis que l'Europe occidentale deviendrait social-démocrate et socialiste (ce qui est el cas aujourd’hui).

Ensuite, il y aura convergence. Les structures doivent être adaptées.

C'est pourquoi les structures de l'Union européenne ont d'abord été construites dans le but d'intégrer la structure soviétique. C'est pourquoi elles sont si similaires dans le fonctionnement et la structure.

Ce n'est pas un accident si le Parlement européen, par exemple, me rappelle le Soviet suprême. Il ressemble au Soviet suprême parce qu'il a été conçu comme lui.

Similairement, lorsque vous regardez la Commission européenne, cela ressemble au Politburo.. Je veux dire qu’elle lui ressemble exactement, excepté que la Commission compte actuellement 25 membres et que le Politburo comptait habituellement 13 ou 15 membres.

En dehors de cela, ils sont exactement les mêmes institutions, des membres irresponsables, non redevables à qui que ce soit, non-élus par qui que ce soit.

Eudssr

Quand vous examinez toute cette activité bizarre de l'Union Européenne avec ses 80,000 pages de règlements il ressemble à Gosplan. Nous avions l'habitude d'avoir une organisation qui planifiait tout dans l'économie, jusqu'au dernier écrou, cinq ans à l'avance. Exactement, la même chose se passe dans l'UE.

Lorsque vous regardez le type de corruption de l'UE, c'est exactment le type de corruption soviétique, allant de haut en bas plutôt que de bas en haut, c’est tout.

Si vous examinez les structures et les caractéristiques de ce monstre européen émergeant vous remarquerez qu'il ressemble de plus en plus à l'Union soviétique.

Évidemment, c'est une version « douce » de l'Union soviétique. S'il vous plaît, ne me comprenez pas mal. Je ne dis pas qu'il a un Goulag. Il n'a aucun KGB – pas encore – mais je regarde très soigneusement des structures comme Europol par exemple.

(Cet entrevue a été réalisée en 2008 avant la « crise » financière, Grecque, et la « crise » des soi-disant « refugiés » organisée de toute pièce, si ce n’est directement par l’UERSS, en tout cas largement supportée par elle pour submerger les peuples européens et détruire leur homogénéité, un des obstacles au projet de type soviétique de l’UE, avec une nouvelle composante l’invasion afro-islamique et ses corolaires, la violence, le terrorisme, l’islamisation et la « libanisation » ou « balkanisation » de l’Europe. )

Eura

(Le but, comme dans l’URSS est évidement d’oblitérer les nations, de laminer par le bas, d’uniformiser les modes de vie et de pensée afin de faire naitre un homme nouveau sans racine, sans idées, sans diversité, juste bon à être un consommateur débile ne s’occupant de satisfaire que ses instincts les plus bas en laissant la « gouvernance » de ce monde à ceux « qui savent »,et qui possèdent.)

Aujourd’hui, les goulags existent, ils sont pour l’instant idéologiques et le KGB « moderne » veille, censure, juge, arrête et condamne les nouveaux dissidents qui osent dénoncer la nature totalitaire de l’UERSS et de ses alliés (islam, socialisme, globalisme, etc..).

Pouvez-vous imaginer un KGB avec l'immunité diplomatique ? Ils nous policeront avec 35 sortes de crimes, dont deux sont particulièrement inquiétants, qu’on appelle le « racisme », et un autre la « xénophobie ».

Aucune cour d'assises sur la terre ne définit rien comme cela comme un crime (ce n’était peut-être pas encore le cas à l’époque de l’interview). C'est donc un nouveau crime, et nous avons été prévenus. Quelqu'un du gouvernement britannique nous a dit que ceux qui s'opposent à l'immigration incontrôlée du tiers monde seront considérés comme racistes et ceux qui s'opposent à une intégration européenne plus importante seront considérés comme des xénophobes. Je pense que Patricia Hewitt a déclaré cela publiquement.

Big broter eurss 1984

Ce n’était peut-être pas encore le cas à l’époque de l’interview, mais aujourd’hui, les serviteurs de l’UERSS y ont ajoutés divers « crimes de haine », « l’islamophobie » (la charia en fait pour censurer toute discussion sur l’islam), « l’homophobie » (un tiers des députés en toc du soviet suprême de l’UERSS mangent au râtelier du lobby LGBT) et bientôt la « socialistophobie », la « UEphobie »  seront ajoutés en tant que crime de pensée ?   

Aujourd’hui, en UERSS et dans d’autre pays comme le Canada sous la dictature Trudeau, des libres penseurs, des dissidents risquent l’exclusion sociale, économique, des amendes et parfois la prison pour oser dire la vérité sur le fascisme islamique, sur l’invasion migratoire organisée, sur le grand remplacement en cours sur les manipulations et la propagande politico-médiatiques. Le pire est que cette gangrène s’est entendue aa d’autres pays comme les USA (Obama/Clinton) et le Canada.    

Pendant ce temps, ils introduisent de plus en plus d'idéologie. L'Union soviétique était un État géré par l'idéologie. L'idéologie d'aujourd'hui de l'Union européenne est social-démocrate, étatiste, et une grande partie de celle-ci est aussi le politiquement correct (ou novlangue).

Truth is the new hate speech 1

Je regarde très soigneusement comment le politiquement correct s'étend et devient une idéologie oppressive, pour ne pas mentionner le fait qu'ils interdisent de fumer presque partout maintenant. Regardez cette persécution des gens comme le pasteur suédois qui a est persécuté depuis plusieurs mois parce qu'il a dit que la Bible n'approuve pas d'homosexualité.

La France a adopté des lois sur les « discours de haine » concernant les homosexuels. La Grande-Bretagne adopte des lois sur les « discours de haine » concernant les relations raciales et maintenant les discours religieux, et ainsi de suite. Ce que vous observez, pris en compte, est une introduction systématique de l'idéologie qui pourrait être appliquée plus tard avec des mesures oppressives.

Apparemment, c'est tout l'objectif d'Europol. Sinon, pourquoi en avons-nous besoin?

Pour moi, Europol semble très suspect. Je regarde très attentivement qui est persécuté pour quoi et ce qui se passe, parce que c'est un domaine dans lequel je suis un expert. Je sais comment surgissent les goulags.

Depuis, même des lois directement issues d’idéologies totalitaires et importées comme l’islam sont appliquées dans des pays autrefois démocratiques mais devenues des républiques bananières comme le Canada de Trudeau (lois sur « l’islamophobie ») ou la France de Hollande(procès politiques des critiques de l’islam, de l’invasion migratoire organisée, état d’urgence permanent, élections manipulées sinon truquées).

Les mesures oppressives dont parlait Bukovsky sont aujourd’hui en place et les pays sous tutelle de l’UERSS ont fait un pas de géant de plus vers des dictatures pures et simples.

Il semble que nous vivons dans une période de démantèlement rapide, systématique et très cohérent de la démocratie. (..)

La situation d'aujourd'hui est vraiment sombre. Les principaux partis politiques ont été complètement phagocytés par le nouveau projet de l'UE. Aucun d'entre eux ne l'oppose vraiment. Ils sont devenus très corrompus. Qui va défendre nos libertés?

Il semble que nous nous dirigeons vers une sorte d'effondrement, une sorte de crise. Le résultat le plus probable est qu'il y aura un effondrement économique en Europe, qui, en temps voulu, se fera avec cette croissance des dépenses et des taxes. L'incapacité de créer un environnement compétitif, la sur-régulation de l'économie, la bureaucratisation, cela entraînera un effondrement économique.

En particulier, l'introduction de l'euro était une idée folle. La monnaie n'est pas censée être politique.

Heileuro

Je n'en doute pas. Il y aura un effondrement de l'Union européenne à peu près comme l'Union Soviétique s'est effondrée.

Mais n'oubliez pas que lorsque ces choses s'effondrent, elles laissent une telle dévastation, qu’il faut au moins une génération pour s’en remettre.

Pensez juste ce qui arrivera en cas de crise économique. La récrimination entre les nations sera énorme. Elles pourraient en venir aux mains. Regardez l'énorme nombre d'immigrants des pays de Tiers-monde vivant maintenant en Europe. Cela a été promu par l'Union Européenne. Qu’ arrivera t’il avec eux s'il y a un effondrement économique ?

Welocome to eurabia

(ce qui arrive maintenant en France : une guerre civile larvée avec un terrorisme islamo-africain quotidien de basse intensité et un terrorisme islamique récurrent de haute intensité, pareil en Suède et autres pays avec des dirigeants corrompus, faibles, sociaux-démocrates, eurocrates et collaborationnistes).

Nous aurons sans doute, comme dans l'Union soviétique à la fin, tant de conflits ethniques que l'esprit ne peuvent les concevoir sans terreur. Dans nul autre pays se sont produits de telles tensions ethniques que dans l'Union soviétique, sauf peut-être en Yougoslavie.

Donc, c'est exactement ce qui se passera ici aussi. Nous devons être préparés pour cela. Cet énorme édifice de bureaucratie va s'effondrer sur nos têtes.

C'est pourquoi, et je suis très franc à ce sujet, le plus tôt nous en finirons avec l'UE, mieux cela vaudra. Le Plus tôt elle s'effondrera, le moins de dégâts elle nous fera et à d'autres pays.

Mais nous devons être rapides parce que les Eurocrates bougent très vite. Il sera bientôt difficile de les vaincre. Aujourd'hui c'est encore simple.

Si un million de personnes marchent aujourd'hui sur Bruxelles, ces types la s'enfuiront aux Bahamas.

Popular merkelstalin

Si demain, la moitié de la population britannique refuse de payer ses impôts, rien ne se passera et personne n’ira en prison.

Aujourd'hui, vous pouvez toujours le faire. Mais je ne sais pas quelle sera la situation de demain avec un Europol à part entière composée d'anciens agents de Stasi (Merkel) ou Securitate. Tout peut arriver.

Nous perdons du temps. Nous devons les vaincre. Nous devons nous asseoir et penser, élaborer une stratégie sur la manière la plus simple possible d’atteindre le maximum d'effet. Sinon, il sera trop tard.

Alors, que dois-je dire? Ma conclusion n'est pas optimiste.

Jusqu'à présent, malgré le fait que nous ayons des forces anti-UE dans presque tous les pays, ce n'est pas suffisant.

Nous perdons et nous perdons du temps.

Burneu2

Depuis, le BREXIT a eu lieu, mais cela ne signifie rien pour les autres pays sous tutelle de l’UERSS sur lesquels la poigne totalitaire se referme chaque jour un peu plus pour nos libertés, nos souverainetés et nos communautés. Ils ont mis en place le plan de remplacement et de génocide des peuples européens et d’islamisation forcée du continent et censurent, oppressent, répriment, harcèlent, emprisonnent, comme dans l’URSS, tous ceux qui s’opposent à leurs projets totalitaires.

Les peuples européens, sont, pour la plupart, ignorants, surtout dans les castes les plus « aisées » et « éduquées » (ou plutôt formatées) qui subissent et acceptent sans réfléchir la propagande, les préceptes et l’idéologie qui sous-tendent les projets des eurocrates et de leurs alliés islamistes, globalistes et partis gauchistes de toutes tendances.

Ministry of truth news

Malgré l’accès facile et instantané a l’information (internet), les gens préfèrent se gaver de loisirs, de jeu, d’occupation puériles et futiles, et de gadgets plutôt que de se battre pour préserver leur civilisation qui s’écroule sous leurs yeux. La plupart, comme les poulets en batterie s’en remettent a leur éleveur, s’en remettent aa leurs « gouvernements », « institutions », politiciens qui les trahissent depuis des décennies en espérant que , quelqu’un, quelque part fera quelque chose. C’est l’attitude française mais aussi allemande, grecque, suédoise, etc...

Et quand ils ont enfin la possibilité de voter, ils se laissent manipuler grossièrement et continuent à voter pour… les mêmes. L’élection aux Pays-Bas en est le parfait exemple.

Ce pays, autrefois, phare de la démocratie, est une république bananière soumise à l’UERSS ou le second parti du pays n’a pas le droit de faire partie du gouvernement, on lui préfère des bolcheviques déguisés en « verts » dont le projet est celui de la mafia bruxeloise.

Brexit9

Non, nous ne gagnons pas et oui le temps perdu ne se rattrape jamais. 2 millions de faux refugiés à 95% musulmans ont été importés en Allemagne pour être répartis dans toute l’Europe en 2015/2016. C’ est le plan Merkel. La majorité des allemands sont devenus de tels veaux obéissants et malléables qu’ils continuent à voter pour elle, malgré les viols, malgré les massacres, malgré le terrorisme. Ils ont pourtant le choix, pas la chose de Soros, le bolchevique eurocrate Schulz, mais l’AFD qui veut libérer l’Allemagne des griffes de l’oligarchie qui la détruit. Mais après 70 ans de propagande culturelle marxiste, et de culpabilisation, les allemands se suicident, ne font plus d’enfants et vivent dans la honte permanente de leur histoire et de leur véritable nature. Une proie facile pour les hyènes de l’UE et de l’islam.

Car aujourd’hui l’alliance de la gauche et des islamistes n’est plus une supposition, c’est un contrat permanent. Pendant que les islamistes tuent, les antifa cassent, les no border de Soros font entrer encore plus de criminels, le tout sous l’œil bienveillant du pouvoir socialo-libéral qu’il soit à droite (Estrosi) ou à gauche(Hollande, macron, Hamon, etc..).

Brexit dominoes

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.